Édito du Président

Il est bien loin le temps où mes grands-parents écoutaient religieusement le bulletin de l’Agence télégraphique transmis par l’émetteur radiophonique de Sottens. Il était précédé du non moins légendaire signal horaire de l’Observatoire chronométrique de Neuchâtel. En quelques instants, chacun mettait sa montre à l’heure puis prenait connaissance avec attention des dernières nouvelles.

L’information était rare. L’image animée aussi et on mesure aujourd’hui l’intérêt historique des modestes bobines hebdomadaires du Ciné-journal suisse qui tenait lieu de journal télévisé. Au 21e siècle, l’internet omniprésent fait la loi, infiltre nos ordinateurs, sert de support à tout ce que nous pouvons inventer de mauvais. Spam, réseaux sociaux, nous sommes assaillis, nous étouffons sous l’information. Alors est-il raisonnable que la SMSR en ajoute une couche?

On n’existe plus aujourd’hui sans un site internet. Celui de la SMSR était devenu statique et servait au mieux de relais vers les sites de ses membres, les sociétés cantonales romandes de médecine qu’elle a la tâche de rapprocher depuis bientôt cent-cinquante ans. Elle l’a si bien fait depuis sa création qu’elle a vite perçu la nécessité de fonder une entité nationale, dépassant les frontières linguistiques. Et le bébé qui a dépassé ses géniteurs s’appelle aujourd’hui la FMH.

La SMSR n’a pourtant pas succombé à la création de la FMH, mais elle joue un rôle important en son sein. Elle a pour ambition d’être le porte-parole des médecins romands, de mettre à votre disposition des prises de position et des informations propres à ce coin du pays et des liens vers les meilleurs sites francophones. La tâche n’est pas facile. Nous essaierons d’accorder nos ambitions à nos moyens pour apporter aux médecins romands et au public une contribution originale utile et de qualité. Le bateau est à l’eau, hésitant. Il s’agit maintenant de lui donner sa vitesse de croisière.

Pierre-Alain Schneider, président SMSR